ys_melmoth (ys_melmoth) wrote,
ys_melmoth
ys_melmoth

L'île des Perroquets - Robert Margerit

Robert Margerit - l'île des Perroquets (1942 / Phébus, 1984. 280 pages.)

C'est un sacré mauvais sort, qui s'abat sur le pauvre Antoine. Comme si ce n'était pas assez d'avoir perdu sa bien-aimée dans un tragique accident, le voilà accusé du viol et du meurtre de la demoiselle, traîné devant un juge et soumis à la torture jusqu'à avouer ce crime qu'il n'a pas commis. Condamné à mort, évadé avec l'aide d'une amie, il s'enfuit vers l'Espagne... et rencontre en chemin l'Aventure.
Le hasard, une plage, des pirates venus décharger une cargaison au moment où il venait chercher des coquillages, et cette alternative très simple : mourir de leur main ou s'embarquer à leur bord. Qu'auriez-vous fait, à sa place ?!
Le nom du bateau ? Le Walrus. Le nom du capitaine ? Flint. James Flint. Eh oui, ce pourrait bien être une discrète préquelle à l'île au Trésor, que vous tenez entre vos mains ! Une préquelle nourrie de tous les ingrédients classiques du roman de pirates, mais plus adulte et plus résolument noire que l'oeuvre dont elle est inspirée.
Par delà l'océan, au coeur capiteux des Caraïbes, le destin attend Antoine et ses compagnons - tissé de violence, de folie, de trahison et de sang, mais aussi de solidarité, de dévouement, d'amitié et d'amour. Ah, il est vrai que selon les hommes et les femmes, ce qu'on appelle amour peut aussi bien sauver que détruire...

Cela fait tout drôle, de retrouver le capitaine Flint en sortant de Black Sails - et l'interprétation du personnage est ici bien moins tortueuse, bien moins exaltée et attachante que celle de la série. Elle n'en est pas moins très réussie, plus conforme sans doute à l'original de Stevenson - et ce vieux briscard, faussement bonhomme, impénétrable, impitoyable, rusé en diable mais peut-être pas toujours si cruel qu'on peut l'attendre, est sans doute l'un des caractères les plus accrocheurs du roman.
Pour le reste, de très belles évocations de la mer et des îles, un certain souffle épique qui joue avec talent la carte des passions et du destin inexorables, font de cette Île des Perroquets une lecture assez classique mais très séduisante et difficile à lâcher.

Pour la peine, je viens de me replonger dans l'Île au Trésor, dont ma dernière relecture date d'il y a cinq ans et dont j'avais déjà à peu près tout réoublié. Influence de ces adaptations plus complexes ? Je suis un peu moins enthousiaste que la dernière fois et si le bouquin reste très plaisant, il m'a aussi paru plus enfantin que dans mon souvenir.
Tags: bouquins, lecture : aventure maritime
Subscribe

Recent Posts from This Journal

  • Un an de films - 2020

    Janvier Les filles du docteur March (Greta Gerwig, 2020. USA) A couteaux tirés (Ryan Johnson, 2019. USA) 1917 (Sam Mendès,…

  • Un an d'expos : 2020

    Si l'épidémie m'a fait manquer pas mal de choses, surtout à la fin de l'année, 2020 aura quand même…

  • Un an de livres - 2020

    Combien de livres, cette année ? 78 titres. Ce que je n'avais pas atteint... depuis que j'ai commencé à travailler,…

  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic

    Your reply will be screened

    Your IP address will be recorded 

  • 2 comments