ys_melmoth (ys_melmoth) wrote,
ys_melmoth
ys_melmoth

Le vieux pays - Jean-Pierre Rumeau

Jean-Pierre Rumeau - Le vieux pays (Albin Michel, 2018)
320 pages.

Le Vieux Pays, c'est le vieux Goussainville, déserté de la majorité de ses habitants depuis la construction de l'aéroport de Roissy. Une ville à moitié morte avec son château en ruines, ses maisons murées, sa vieille église classée... et sa poignée d'irréductibles qui n'a pas voulu partir. Pasdeloup Meunier, lui, a délibérément choisi de venir s'y installer, en mémoire d'un deuil, parce que ce lieu dévasté et sauvage lui convient.
Âpre bonhomme que Pasdeloup, ancien militaire au regard vairon, au verbe cinglant et aux muscles durs, qui n'aime rien tant que repousser ses limites et fouetter celles des autres. En même temps que son passé et ses fantômes, se révèle peu à peu cette terre étrange, ses habitants et ses visiteurs. Mais lorsqu'il prend sous son aile un jeune cascadeur mal fichu, les tensions commencent à s'exacerber au sein de la cité voisine, et en ce XXIe siècle si tourmenté, en ce lieu où les avions passent sans cesse, si proches, comment ne pas penser à la perpétuelle menace des attentats terroristes ?

Il commençait vraiment bien, ce bouquin. Personnage accrocheur, libérateur, de ceux qui se permettent sans vergogne de dire tout ce qu'il n'est ni correct ni courtois de dire, plongée assez fascinante dans un univers bien à part et pourtant proche... je me suis régalée pendant toute la première partie de ma lecture, avant de pas mal déchanter par la suite. Sans mauvais jeu de mot, l'histoire multiplie les pistes sans jamais vraiment décoller. Les retours en arrière dans le passé de Pasdeloup ne sont pas inintéressants mais la déconstruction temporelle embrouille les choses plus qu'elle ne dynamise le récit, et les rapports de famille qui se révèlent manquent un peu de finesse d'analyse pour se démarquer. Pour rester à la hauteur de l'âpreté du personnage. De plus, on en apprend trop trop vite et la curiosité s'y émousse, l'action véritable n'arrive qu'à la toute fin de l'histoire sans avoir suscité beaucoup de suspense et le dénouement se fait trop vite, un peu trop facilement aussi. Il est vraiment trop fort, Pasdeloup, tellement trop fort que tout les personnages secondaires, jusqu'aux plus retors, finissent par ne plus guère servir qu'à le mettre en valeur. Sauf que du coup, il y perd pas mal en crédibilité et même en pouvoir d'attraction. qu'il en chie un peu, bon sang, autrement qu'en faisant son jogging !
Enfin, s'il existe bien un fil rouge pour relier entre elles toutes les facettes de l'histoire, violence et terrorisme conjugués du passé au présent, il n'est ni assez tendu, ni assez approfondi pour donner une véritable ampleur à l'histoire. Dommage. Il y a pas mal de bonnes choses, mais pas assez fouillées et construites de manière assez maladroite.
Je n'en ressors pas moins avec l'envie d'aller jeter un oeil au Vieux Pays de Goussainville dont l'auteur parle, pour le coup, avec un réel talent d'évocation :-)
Tags: bouquins, masse critique
Subscribe

Recent Posts from This Journal

  • Un an de films - 2020

    Janvier Les filles du docteur March (Greta Gerwig, 2020. USA) A couteaux tirés (Ryan Johnson, 2019. USA) 1917 (Sam Mendès,…

  • Un an d'expos : 2020

    Si l'épidémie m'a fait manquer pas mal de choses, surtout à la fin de l'année, 2020 aura quand même…

  • Un an de livres - 2020

    Combien de livres, cette année ? 78 titres. Ce que je n'avais pas atteint... depuis que j'ai commencé à travailler,…

  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic

    Your reply will be screened

    Your IP address will be recorded 

  • 0 comments