ys_melmoth (ys_melmoth) wrote,
ys_melmoth
ys_melmoth

Escal-Vigor - Georges Eekhoud

Georges Eekhoud - Escal-Vigor (Mercure de France, 1899)
(261 pages, soit 75 km de plus pour le challenge Tour du Monde. Total : 14 450 km et 59 273 pages pour 161 livres.)
1er titre pour le challenge XIXe siècle 2018.
2e titre pour le chalenge littérature belge.)


Au château de l'Escal Vigor, fief de l'opulente île de Smaragdis, la fête bat son plein. Est de retour au pays le jeune seigneur, élevé loin de là après la mort de ses parents, deux êtres qui s'aimèrent de cette passion absolue qu'on ne trouve que dans les contes...
De la quête d'absolu, on semble loin pourtant en ce jour joyeux. Toute l'île a été conviée, notables et paysans, dignes dames et rudes marins mêlés coude à coude dans une atmosphère d'exubérante insouciance, dont beaucoup s'amusent mais dont le pasteur ne manquera pas de s'indigner. On boit, on chante, on rit... et l'énergique Claudie, fille d'un gros cultivateur du pays, déploie tous ses charmes sur monsieur le comte, persuadée de le glisser sans trop de mal dans ses filets et de se faire épouser. En apparence, Henry de Kehlmark joue admirablement son jeu, tout en prévenances et charmantes attentions - seulement, le spectateur attentif et plus subtil pourra noter que le jeune frère de Claudie, adolescent sauvage déjà à demi rejeté par les siens, intéresse beaucoup, beaucoup plus sincèrement le jeune homme.
De subtilité, Claudie n'a pas un gramme - et la seule rivale qu'elle peut s'imaginer est la mystérieuse Blandine, intendante du château qu'on dit aussi maîtresse du comte. Mais la frèle donzelle ne devrait pas faire long feu devant ses opulents appas... n'est-ce pas ?
Entre quête éperdue de soi-même, désir d'idéal, mesquineries, ambitions et jalousies exacerbées, ce qui aurait pu fonder une savoureuse comédie marque en fait le début d'un grand drame. Un drame comme on n'en trouve que dans les légendes, mêlé de sublime, de folie et de violence.

C'est un assez étonnant mélange que ce roman, teinté de réalisme et de symbolisme, de psychologie et de mystique chrétienne, fasciné par l'élan très païen de la chair, de la sève et du sang, et pourtant éperdu d'idéal. La mystique chrétienne n'étant pas vraiment ma tasse de thé, et la langue, bien que truffée de trouvailles colorées, parfois un brin pompeuse à mon goût, j'avoue avoir eu du mal à me laisser entièrement conquérir par l'aventure - malgré une indéniable fascination pour cet univers baroque, exalté, et une vive sympathie pour le personnage d'Henri de Kehlmark, de ceux que j'aime évidemment, dont la lente, douloureuse mais vigoureuse affirmation de soi face au reste du monde, est indéniablement superbe. Et diablement audacieuse pour l'époque ! Cette défense exaltée de l'homosexualité - et plus largement de l'amour posé comme idéal face à toutes les bassesses humaines - valut d'ailleurs un procès à son auteur, pour atteinte aux bonnes moeurs. Mais là, l'histoire se finit bien puisqu'avec le soutien de plusieurs auteurs français et belges, au nom de la liberté de l'artiste, Eekhoud fut acquitté. 
Tags: bouquins, challenge 19e siècle : critiques, challenge littérature belge, challenge tour du monde
Subscribe

Recent Posts from This Journal

  • Un an de films - 2020

    Janvier Les filles du docteur March (Greta Gerwig, 2020. USA) A couteaux tirés (Ryan Johnson, 2019. USA) 1917 (Sam Mendès,…

  • Un an d'expos : 2020

    Si l'épidémie m'a fait manquer pas mal de choses, surtout à la fin de l'année, 2020 aura quand même…

  • Un an de livres - 2020

    Combien de livres, cette année ? 78 titres. Ce que je n'avais pas atteint... depuis que j'ai commencé à travailler,…

  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic

    Your reply will be screened

    Your IP address will be recorded 

  • 0 comments