August 31st, 2013

siouxsie

Les enquêtes de Quentin Margont

Les enquêtes de Quentin Margont - Armand Cabasson
- Les Proies de l'officier (NIL, 2002)
- Chasse au Loup (10/18, grands détectives, 2005)
- La Mémoire des Flammes (10/18, grands détectives, 2006)


Républicain convaincu, Quentin Margont s'est engagé dans la Grande Armée pour défendre les idéaux de la Révolution que menacent, hélas, de plus en plus cruellement l'autoritarisme de l'Empereur. Les enquêtes criminelles dans lesquelles il se retrouve embarqué, de force plus que de gré, par ses supérieurs, nous entraînent dans trois épisodes noirs de l'épopée napoléonienne.

Les Proies de l'Officier se déroule en pleine campagne de Russie (1812). Un militaire français, dont le sadisme s'affûte aux horreurs de la guerre, torture et tue des femmes aux étapes de la longue route de Moscou. Chasse au Loup nous renvoie trois ans plus tôt, aux portes de Vienne, où les troupes françaises et autrichiennes s'apprêtent à engager la bataille d'Essling (1809). Un hussard d'origine autrichienne, engagé dans l'armée française, revient sur les lieux où un homme, autrefois, l'a kidnappé avec son frère d'orphelinat. Pour les beaux yeux de la sœur du hussard, pour affronter ses propres démons, Margont se lance sur la piste du loup - qui cinq ans plus tard sévit encore.
La Mémoire des Flammes retrace les derniers jours de l'Empire, dans un Paris menacé par les Alliés que les dernières victoires de l'Empereur ne suffisent plus à contenir. A la suite d'un meurtre, Margont doit infiltrer une des sociétés secrètes royalistes qui menacent la paix intérieure et appellent les français à la sédition.

Quoique non dénuée de qualités, cette série de trois romans est assez inégale. Son intérêt principal reste la matière historique dont elle s'inspire, et qu'elle reconstitue avec un grand souci de précision, tout particulièrement en ce qui concerne le déroulement des batailles, les mouvements de troupes, les conditions de vie et de combat des officiers engagés dans les conflits napoléoniens, mais aussi certaines aspects de l'histoire médicale.
J'ai pris beaucoup de plaisir aux deux premiers tomes, mais à ceux que les détails militaires passionnent moins que moi, les Proies de l'officier pourra paraître un peu long, surtout que son intrigue, bien que non dénuée d'intérêt, ne brille pas par son originalité ni par un suspense débordant. Chasse au Loup reste à mes yeux le meilleur, mieux rythmé et relevé par le beau personnage de Lukas, victime devenue chasseur, duelliste invaincu mais rongé par son passé jusqu'à l'obsession.
La Mémoire des flammes en revanche, bien que basé sur une bonne idée, m'a paru de bout en bout bâclé, cousu d'invraisemblances, de facilités et de raccourcis, rédigé d'une plume assez lourde, beaucoup trop didactique.

Ce style didactique, même s'il m'a beaucoup moins gênée sur les deux premiers tomes, reste d'ailleurs le principal défaut de l'auteur. Psychiatre de profession, il construit ses personnages avec un sens indubitable de la psychologie, sait généralement les rendre assez sympathiques et accrocheurs, mais il met en scène leurs ressorts de manière beaucoup trop explicite. Sa plume est celle du médecin, du scientifique qui analyse et explique, là où le roman gagnerait beaucoup de subtilité (et les caractères pas mal de spontanéité) à plus de sous-entendus, de suggestion, d'implicite. Même critique à l'égard du traitement de la matière historique, qui donne parfois l'impression d'une leçon d'histoire sous couvert de roman policier.
S'adressant à un public plus large qu'érudit, Armand Cabasson semble un peu trop animé du désir d'instruire, et éclaire beaucoup trop ce qui mériterait de rester dans la pénombre. Il y perd beaucoup en qualité littéraire, mais du moins apprend-on effectivement pas mal de choses, et de manière globalement plaisante.