March 16th, 2013

siouxsie

La Ballade de Gueule-Tranchée

La Ballade de Gueule-Tranchée (The Ballad of Trenchmouth Taggart) - Glenn Taylor (Grasset, 2011)


Voici l’histoire d’un homme aux vies multiples, tout sauf ordinaire.

En 1903, il n’a pas deux mois lorsque sa mère, croyant entendre le Diable parler par sa bouche, tente de le noyer au moment du baptême. Repêché par une veuve solitaire, il survit, victime d’une inflammation des gencives qui ne le laissera jamais en paix et que seul peut apaiser l’alcool distillé par sa mère adoptive, le meilleur de toute la Virginie Occidentale. Défiguré, il apprend très vite à se battre, avant de découvrir auprès d’une congrégation d’illuminés les mystères troublants d’une certaine religion. Tireur d’élite à seize ans, il devient le héros d’une révolte sanglante contre les grandes sociétés d’exploitation minière. Assassin, hors-la-loi, il s’efface dans la forêt pendant près de vingt-cinq ans, devient bête sauvage et ne rejaillira au monde que par la grâce du blues et de l’alcool...

Réalité ou légende ? Rêve, poudre aux yeux, invention ? Qu’importe, lorsque le personnage possède une telle carrure, nous parle de tant de choses. Qu’importe lorsque l’histoire est si bien contée, lorsqu’elle renferme un tel souffle et bouillonne à ce point de vie - de vie sensuelle, glorieuse, obscure et tourmentée.

Pour ce livre, Glenn Taylor a été comparé a des tas de grands auteurs américains - Mc Cullers, Falkner, John Irving. Ce besoin grandiloquent de comparer m'agace toujours un peu, mais le fait est que Gueule-Tranchée appartient à ce que la littérature américaine sait faire de mieux avec son amour de la différence teinté de culture freak, son mélange de réalisme cru et de légende épique, qui n'hésite pas à en faire des tonnes pour mieux nous entraîner mais se nuance délicieusement de poésie et de mystère.

Le deuxième roman de l'auteur est sorti en français en janvier, et les critiques que j'en ai lu s'accordent à dire qu'il est encore meilleur. Voilà qui est diablement alléchant !